Celui qui vient à moi n'aura jamais faim, et celui qui croit en moi n'aura jamais soif.
  • Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 9 mars 2012

LES COHÉRITIERS DE JESUS-CHRIST
9 mars, 2012, 18:14
Classé dans : Salut

Grâces soient rendues à Dieu notre Père qui a manifesté son amour éternel (Jérémie 31:3), en envoyant son serviteur (Jésus-Christ, le fils unique), pour nous bénir,  en détournant chacun de nous de ses iniquités (Jean 3:16 ; Actes 3:26). La parole de Dieu, qui est une puissance, a fait de nous qui l’avons reçue des enfants de Dieu, selon le bon vouloir de celui qui a dit : « Je serai pour vous un Père et vous serez pour moi des fils et des filles» (2 Corinthiens 6:18)

La famille de Dieu est, en fait, une grande famille qui ne peut être en aucun cas comparé à une famille terrestre. La famille céleste se compose, en fait, de Dieu le Père, Dieu le fils, et Dieu le Saint-Esprit.

Toutefois, il y a des conditions en cette grande famille qui la caractérise des autres. Il y a deux façons de devenir membre d’une famille. Nous sommes membres d’une famille :

  • soit par naissance,
  • soit par adoption. Faire partie de la famille spirituelle de Dieu exige aussi bien la nouvelle naissance que l’adoption spirituelle (Jean 1:12,13; 3:3-8; Romains 8:1,14-17; Éphésiens 1:5,6).

LA NOUVELLE NAISSANCE

Ézéchiel 36:26,27; 11:19,20; Jean 3:3; 6,7; 1:12,13; 1Pierre 1:3,23; Galates 6:15; Mathieu 18:3; Romain 1:9; 7:6; Jean 4:23,24; Jérémie 29:11

« En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu. » Cette affirmation est la parole de notre Seigneur, le Messie, celui-là qui a offert sa Vie pour la rémission de nos péchés.

La notion de régénération ou la nouvelle naissance concerne le processus qui fait passer de la mort à la vie. Avant la  régénération, l’esprit de l’homme est éloigné de Dieu, et est regardé comme mort – conséquence du péché – donc dissocié de la vie de Dieu qui est la source de la vie éternelle (Jean 17:3). Cette mort spirituelle rend l’homme incapable de communier avec Dieu. L’esprit humain a besoin d’être vivifié parce qu’il est mort-né. La nouvelle naissance, dont a parlé le Seigneur Jésus à Nicodème, est la nouvelle naissance de l’esprit (Ézéchiel 36:26,27). Ce n’est pas une naissance physique, ce dont se doutait Nicodème, et ce n’est pas non plus une naissance psychique (de l’âme). Il faut noter que c’est à l’esprit de l’homme  que la nouvelle naissance confère la vie de Dieu. La nouvelle naissance est quelque chose qui se passe entièrement à l’intérieure de l’esprit de l’homme ; elle est sans relation aucune avec l’âme ou le corps (Jean 1:13).

Dieu est Esprit ; tous ceux qui l’adorent doivent donc l’adorer en esprit (Romain 1:9; 7:6; Jean 4:23,24).

Recevoir la vie  de Dieu à la naissance, c’est le point de départ d’une marche chrétienne, c’est le minimum qui fait de l’homme un croyant. Ceux qui n’ont pas cru à la mort  du Seigneur Jésus, pour recevoir la vie surnaturelle (qu’il est impossible de posséder par nature) sont considérés par Dieu comme morts, si religieux, moraux, cultivés ou zélés qu’ils puissent être.

Pour ceux qui sont nés de Dieu, la croissance spirituelle est pleine de promesses (Jérémie 29:11). Bien que la vie soit parfaite, elle doit encore se développer ; elle est comme un fruit qui vient de se former. Il faut la nourrir pour qu’elle croisse.

LA CROISSANCE EN CHRIST

1 Pierre 2:2 ; Galates 1:6,7; Colossiens 2:4,8 ; Hébreux 5:10,13,14 ; Colossiens 1:27,28; 1 Corinthiens 3:1-3

La croissance est une indication de la bonne santé. Le nouveau croyant est un bébé spirituel qui doit naturellement grandir (1Pierre 2:2) ; Et pour ce fait, il doit être nourrir convenablement avec du lait pur. Malheureusement tous les bébés ne se nourrissent pas de ce lait pur qu’est la parole de Dieu (Galates 1:6,7; Colossiens 2:4,8) ; Ou bien, s’ils le sont, ne croissent pas, comme leur Père céleste espère d’eux. Il y en a qui demeurent, après de longues années, de grands bébés, continuant de se nourrir au biberon. C’est une chose anormale quand on sait qu’à l’age adulte, ils devraient manger de la nourriture solide (Hébreux 5:10,13). Ces enfants de Dieu qui sont encore au lait n’ont pas l’expérience de la parole de justice de leur Père.

Avoir l’expérience signifie mettre en application la parole de vie, vivre par elle, pouvoir l’enseigner, et la prêcher.

Notre Père veut que nous croissions, afin de devenir des fils de Dieu (Romains 8:20); Ne demeurons donc pas des enfants !

La croissance n’est pas automatique : il faut une alimentation équilibrée pour aboutir à la maturité spirituelle, pour être des hommes faits et parfaits en Christ (Hébreux 5:14; Colossiens 1:27,28; 1 Corinthiens 3:1-3).

LES COHERITIERS DE CHRIST

Jean 3:6; Ézéchiel 36:26; Romains 8:29; Hébreux 2:11-13

En venant nous délivrer, Dieu doit commencer par restaurer à l’intérieur la position de l’esprit, pour que nous puissions être de nouveau en communion avec Lui. Cet évènement se produit au moment où nous croyons en Jésus-Christ. Dieu met Sa vie dans notre esprit, nous ressuscitant ainsi de la mort. Le Seigneur Jésus déclare maintenant que « ce qui est né de l’Esprit est esprit. » (Jean 3:6; Ézéchiel 36:26 ).

Ainsi, en recevant le Fils le Dieu, le premier-né de beaucoup de frères - car celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés sont tous issus d’un seul. C’est pourquoi Il n’a pas honte de les appeler frères – (Romains 8:29; Hébreux 2:11-13), nous recevons l’Esprit d’adoption, par lequel nous crions : Abba ! Père ! L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu.

CONDITIONS POUR COHERITER

Romains 8:15,18, 35-39; 5 :3-5; Mathieu 10:16,24; 5:4,10-12;  Jacques 5:10,11; Hébreux 11:24-26; Actes 7:54;  Galates 4:1,2; Malachie 1:6; Jean 9:31

Si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers : héritiers de Dieu et cohéritiers de Christ, si toutefois nous souffrons avec Lui, afin d’être glorifiés avec Lui (Romains 8:15).

La persécution et la souffrance sont les signes de notre croissance spirituelle. Jésus a dit (Mathieu 10:16,24) : « Voici, je vous envoie comme des brebis au milieu des loups. Soyez donc prudents comme les serpents, et simples comme les colombes. Le disciple n’est pas plus que le maître, ni le serviteur plus que son seigneur. Il suffit au disciple d’être traité comme son maître et au serviteur comme son seigneur. S’ils ont appelé le maître de la maison Béezébul, à combien plus forte raison appelleront-ils ainsi les gens de sa maison ? »  (Mathieu 5:4,10-12 ; Jacques 5:10,11). J’estime que les souffrances du temps présent ne sauraient être comparées à la gloire à venir qui sera révélée pour nous (Romains 8:18). C’est par la foi que devenu grand, Moïse a refusé d’être appelé fils de la fille de Pharaon ; il a préféré être maltraité avec le peuple de Dieu plutôt que d’avoir pour un temps la jouissance du péché ; il a regardé l’opprobre de Christ comme une richesse plus grande que les trésors de l’Égypte, car il a avait les yeux fixés sur la rémunération. Etienne aussi a fixé les regards vers les cieux et a vu la gloire de Dieu, et Jésus debout à la droite de Dieu avant d’être lapidé (Hébreux 11:24-26; Actes 7:54).

Du reste frères, si nous aimons notre Frère et notre Seigneur Jésus, qui nous séparera de l’amour de  Christ ? Est-ce la tribulation, ou l’angoisse, ou la persécution, ou la faim, ou la nudité, ou le péril, ou l’épée ?  (Romains 8:35-39; 5:3-5).

« Or, aussi longtemps que l’héritier est enfant, je dis qu’il ne diffère en rien d’un esclave, quoiqu’il soit le maître de tout ; mais il est sous des tuteurs et des administrateurs jusqu’au temps marqué par le père. » (Galates 4:1,2). Un enfant est lent à comprendre les choses spirituelles. Il n’a pas un jugement exercé  à discerner ce qui est bien et ce qui est mal. C’est un irresponsable ! Il ne faut pas lui remettre sa part d’héritage de peur qu’il ne le gaspille avant le temps marqué par le père, en vivant dans la débauche (Luc 15:11). Comme la folie est attachée au cœur de l’enfant, aussi la correction et la discipline qui découlent de l’amour du Père ne manqueront-ils pas. Car le Père châtie celui qu’Il aime (Proverbes 22:15).

L’obéissance et l’honneur dus au Père sont exigés de tous LES FILS (Hébreux 12:9; 5:8,9). Notre Père exige que nous Le vénérions et L’honorions (Malachie 1:6; Jean 9:31). Dieu notre Père nous aime tous, mais Il traite différemment chacun de nous selon notre degré d’obéissance. Il désire parler directement avec nous, comme à des hommes spirituels, comme à des croyants spirituels et non comme à des croyants  charnels (1 Corinthiens 3:1-3).

Recevons l’instruction de notre Seigneur (Mathieu 11:29,30), car nous, qu’Il a connu d’avance, Il nous a aussi prédestinés à être semblable à l’image de son fils (Romains 8:29). Demeurons donc dans Son amour, en gardant sa parole. « Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire. » A dit Jésus (Jean 15:5).

Pasteur Bilé Bruno


EVANGILE |
Eglise Glorieuse des Enfant... |
le chemin de la vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | insasamake
| shalomenyeshua
| islamdjib