Celui qui vient à moi n'aura jamais faim, et celui qui croit en moi n'aura jamais soif.

A DIEU SOIT LA GLOIRE!
6 mai, 2012, 22:16
Classé dans : Grâce

La maladie et la mort de Lazare ont suscité, et continuent de susciter beaucoup d’interrogations.

Ce pauvre homme que Jésus aimait, de même que Marthe et Marie ses sœurs, a longuement vécu dans une situation pitoyable avant de s’endormir pour se retrouver dans le sein d’Abraham. Pourquoi est-il mort ? Les juifs disaient : « Lui qui a ouvert les yeux de l’aveugle, ne pouvait-Il pas non plus faire que cet homme ne meure ? » (Jean 11:37; Jean 9:1-11). La réponse à cette question appartient à Dieu, notre souverain créateur.

RIEN A LA MORT

Daniel 3:16-26; 6:14-26; Romains 8:28; Exode 9:16; 14:1-5; Romains 9:17; Josué 1:9-11; Jérémie 29:11; Jean 11:4; Proverbes 19:21; Job 2:1-10; Matthieu 11:34; 5:11,12; Colossiens 3:5,6

Ce n’est pas un fait nouveau, pour ceux qui aiment le Seigneur, de se retrouver dans des situations pénibles, voire impossibles comme c’est le cas de Schadrac, Méschac et Abed-Nego dans la fournaise ardente, et de Daniel dans la fosse aux lions (Daniel 3:16-26; 6:14-26).

La parole de Dieu nous enseigne ceci : « nous savons, du reste, que TOUTES CHOSES concourent  au bien de ceux qui aiment Dieu. » (Romains 8:28).

Dieu permet certaines choses dans notre vie pour ces simples motifs : premièrement, pour  éprouver notre foi  et notre confiance en Lui, dans l’affliction ; deuxièmement, dans le but que nous sachions qui est notre Père, et de quoi Il est capable ; et  troisièmement, pour que Son saint nom soit publié par toute la terre, et qu’Il soit glorifié (Exode 9:16; 14:1-5; Romains 9:17; Josué 1: 9-11).

Parce qu’Il a des projets de paix et de bonheur pour Ses enfants, Dieu met tout en œuvre pour que nous vivions heureux et satisfaits (Jérémie 29:11; Romains 8:28).

Bien souvent, nous nous interrogeons beaucoup au sujet de notre santé, de notre situation financière ou bien de notre travail. Ne sommes-nous pas des croyants nés de nouveau ? Et pourtant quelque chose ne va pas ou bien quelque chose n’a pas changé dans notre vie.

Dieu est omnipotent, omniprésent, et omniscient ! La maladie de Lazare n’était pas un obstacle à Son œuvre, mais bien au contraire, une occasion de glorifier le Fils de Dieu (Jean 11:4). Il connaissait ce fait avant qu’Il ait appris ; et pourtant Il n’a ni réagi à distance ni répondu à l’appel désespéré de  Marthe et de Marie. Il est resté encore deux jours dans le lieu où Il était, afin que se réalisât l’événement qu’Il attendait : « Et, à cause de vous, afin que vous croyiez, je me réjouis de ce que je n’étais pas là » (Jean 11:6,15).

Il est le Dieu de l’impossible.  « Ce qui est impossible aux hommes est possible à Dieu  » (Luc 18:27). Dieu, qui connaît chacun de Ses enfants, les aime tous d’un amour éternel (Jean 11:3).

Mais le fait qu’Il nous aime ne nous garantit pas une vie en rose. « Il y a dans le cœur de l’homme beaucoup de projets, mais c’est le dessein de l’Éternel qui s’accomplit » (Proverbes 19:21). Il n’est pas venu pour nous préserver des afflictions et des tribulations, nous mettre à l’abri des problèmes, mais Il est venu nous sauver du péché et de la colère à venir (Job 2:1-10; Matthieu 10:34; 5:11,12; Colossiens 3:5,6).

A DIEU LA SOUVERAINETÉ

Jean 11:10; Romains 9:15,18; Romains 9:19-21; Esaïe 45:9-12; Exode 13:17,18,21,22; Psaumes 46:1-3,7; Jean 11:9

Cessons donc de nous lamenter ! Croyons en Dieu, et ayons confiance en Christ ; car Il sait ce qu’Il fait à notre égard. Il ne nous a pas fait sortir de l’Égypte, pour que nous périssions dans le désert. Nous pouvons avoir le sentiment d’être abandonnés, mais pas oubliés. Ne murmurons pas comme l’ont fait nos pères dans le désert, et qu’ils sont morts. Nous bronchons parce que nous marchons pendant la nuit, et la lumière n’est pas en nous (Jean 11:10; Nombres 14:1-20).

Dieu est Souverain ! Il fait ce qu’Il veut et ce qu’Il Lui semble bon (Romains 9:15,18; Jonas 1:14). Il n’a point besoin de conseillers (Romains 9:19-21; Esaïe 45:9-12).

Nous ne manquerons certainement pas de passer par le chemin du désert, si nous sortons de l’Égypte. Quoique nous traversions le désert ou la vallée de la mort, la protection du Seigneur nous est garantie (Exode 13:17,18,21,22). Il est un secours qui ne manque jamais (Psaumes 46:1-3,7).

Que nous soyons dans le désert ou dans de verts pâturages, dans la pénurie ou dans l’abondance, marchons durant le jour, pendant que nous avons la lumière (Christ), afin que les ténèbres ne nous surprennent pas.  N’y a-t-il pas douze heures au jour ? Si quelqu’un marche pendant le jour, il ne bronche point, parce qu’il voit la lumière de ce monde (Jean 11:9)

A DIEU, TOUTE LA GLOIRE

Job 42 :12-17; Philippiens 2:9-11; Daniel 3:28,29; 6:25-27; Proverbes 29:25; Psaumes 111:10; Romains 11:33-36

Comme le cas de Lazare, toutes situations désespérées que chacun de nous puisse vivre ne sont point à la mort. Les afflictions de Job n’étaient pas à la mort. Le décret du roi Nebucadnetsar à l’encontre de Schadrac, Méschac et Abed-Nego, et le décret du roi Darius à l’encontre de Daniel n’étaient pas non plus à la mort, mais à la GLOIRE de L’ÉTERNEL.

Quand nous marchons dans la lumière de Dieu, l’effet de Ses actions est plus que spectaculaire. C’est la gloire de Dieu qui est répandu sur toute la terre. Quand l’Éternel reçoit la gloire, Ses enfants reçoivent une avalanche de bénédiction (Job 42:12-17 ; Daniel 3:30; 6:28). Parce que Jésus a été glorifié, et fait Seigneur, à la droite du Père, le Saint-Esprit a été répandu sur nous (Jean 7:39; Philippiens 2:9-11).

Le roi Nebucadnetsar a fait un sublime décret qui donne la reconnaissance et la gloire au Dieu vivant, en raison de la crainte et de la confiance en Dieu que  Schadrac, Méschac et Abed-Nego ont manifesté (Daniel 3:28,29).

À  cause de la crainte de Daniel pour son Dieu, le roi Darius a publié une ordonnance qui impose de la crainte et de la frayeur pour le Dieu de Daniel (Daniel 6:25-27).

La crainte des hommes tend un piège, mais celui qui craint l’Éternel est protégé (Proverbes 29:25). La crainte de l’Éternel est le commencement de la sagesse ; tous ceux qui l’observent ont une raison saine. Sa gloire subsiste à jamais (Psaumes 111:10).

La raison : la protection des enfants de Dieu, les retombées spirituelles et matérielles, et  la vengeance de l’Éternel de Ses ennemies.

O profondeur de la richesse, de la sagesse et de la science de Dieu ! Que Ses jugements sont insondables, et Ses voies incompréhensibles ! Car qui a connu la pensée du Seigneur, ou qui a été Son conseiller ? Qui Lui a donné le premier, pour qu’il ait à recevoir en retour ?

C’est de Lui, par Lui, et pour Lui que sont toutes choses. À Lui la gloire dans tous les siècles ! Amen ! (Romains 11:33-36).

L’ADVERSITÉ CONTIENT TOUJOURS LE FERMENT D’UNE NOUVELLE CHANCE.

Pasteur Bilé Bruno



LA GRACE, L’AMOUR ET LA COMMUNION
13 mars, 2012, 13:13
Classé dans : Grâce

 

Parce que Dieu nous a aimé d’un amour éternel, Il a envoyé Son Fils comme victime expiatoire pour nos péchés, manifestant ainsi son divin amour (1 Jean 4:7,8). Quelle grâce stupéfiante !

Selon le dictionnaire, la grâce est une remise de tout ou partie de la  peine d’un condamné ou commutation de cette peine en une peine moins forte. Du point de vue de Dieu, Christ nous enseigne que la grâce divine est une remise totale de la peine du condamné (Mathieu 18:23-35).

C’est essentiellement une disposition bienveillante de Dieu envers les hommes (Esaïe 30:18; Éphésiens 2:7,8). C’est par la grâce de Dieu en Christ que nous sommes sauvés.

Nous sommes sauvés pour servir, afin que d’autres âmes soient sauvées. Comme des instruments de justice entre les mains de Dieu, il est très important pour nous, de reconnaître la présence du Saint-Esprit que Dieu a investi en nous (Jacques 40:5), afin que Sa vie et Son œuvre puisse s’écouler au travers de nous. DIEU EST ESPRIT. Ses enfants qu’Il s’est acquis le sont également au moyen du Saint-Esprit, par lequel Il communie avec eux.

DIEU LE FILS,  DIEU DE GRÂCE

Romains 4:7; 3:23; 6:23; Galates 1:15; 1 Corinthiens 15:10; 2 Corinthiens 9:8; Éphésiens 1:3; 1:7, 11,13

Pour démontrer la culpabilité de l’homme, Dieu n’a pas hésité pas à l’éprouver,  en le plaçant sous la loi. La loi de Dieu, promu par Moise, était un moyen pour démontrer à l’humanité ses limites, la dureté du cœur de l’homme, et sa méchanceté. La loi révèle en nous la nature adamique. Par la loi, l’homme devait acquérir la vie. Chose impossible ! Mais, par la grâce, la vie est offerte au moyen de la foi en Jésus-Christ.

Heureux ceux dont les iniquités sont pardonnées, et dont les péchés sont couverts. Heureux l’homme à qui le Seigneur n’impute pas son péché (Romains 4:7).

Car tous ont péchés, et sont privés de la gloire de Dieu, et ils sont gratuitement justifiés par Sa grâce, au moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ (Romains 3:23). Ainsi, la mort que méritait l’homme comme salaire lui a été ôté, en échange du don de Dieu qui est la vie éternelle en Jésus-Christ, notre Seigneur (Romains 6:23).

Par Sa grâce, nous devenons des instruments de justice, pour  prêcher l’évangile (Galates 1:15; 1 Corinthiens 15:10). Par Sa grâce, nous recevons toutes les bénédictions de Dieu (Éphésiens 1:3; 2 Corinthiens 9:8).

En Lui nous avons la rédemption par Son sang, le pardon des péchés, selon la richesse de Sa grâce ; En Lui nous sommes devenus héritiers ; En Lui nous avons cru à l’évangile de notre salut et avons été scellés du Saint-Esprit qui avait été promis (Éphésiens 1:7,11,13).

DIEU LE PÈRE, DIEU D’AMOUR

Jean 3:16,17; 1 Jean 4:16; 1 Corinthiens 1:20,21,25; Éphésiens 5:3-5; Colossiens 3:5; Apocalypse 21:7,8; Jacques 4:4; Mathieu 5:43-45; 9:36; Jean 11:35

Et tout cela n’aurait été possible sans le grand  amour de Dieu. Car Dieu a tant aimé le monde  qu’Il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en Lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. Dieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils pour qu’Il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par  Lui (Jean 3:16,17). Quelle extraordinaire grâce!

DIEU EST AMOUR. L’amour de Dieu est une puissance pour renverser la sagesse du monde. Annoncer l’évangile de Christ, c’est proclamer l’amour de Dieu (1 Jean 4:16). Dieu n’a-t-Il pas convaincu de folie la sagesse du monde ? Car puisque le monde, avec sa sagesse, n’a point connu Dieu, il a plu à Dieu dans Sa sagesse de sauver les croyants par la folie de la prédication. Car la folie de Dieu est plus sage que les hommes, et Sa faiblesse plus forte que les hommes (1 Corinthiens 1:20,21,25). Quel magnifique amour que celui de Dieu !

Le monde ne connaît pas l’amour de Dieu, parce qu’il ne connaît pas le Dieu d’amour. Tout amour en dehors de Dieu est une contrefaçon. C’est plutôt de la convoitise, de la cupidité, de la passion, de l’idolâtrie, du meurtre (Éphésiens 5:3-5; Colossiens 3:5; Apocalypse 21:7,8). C’est pour cette raison que l’apôtre Jacques nous met en garde contre l’amour du monde (Jacques 4:4).

C’est par l’Esprit d’amour de Dieu que nous pouvons aimer nos ennemies, bénir même-ceux qui nous maudissent, faire du bien à ceux qui nous haïssent, et prier pour ceux qui nous maltraitent et qui nous persécutent (Mathieu 5:43-45). Nous triomphons du monde par l’amour de Dieu. Car Celui qui est en nous est plus grand que celui qui est dans le monde (1 Jean 4:4).

L’amour est le symbole de la perfection (Mathieu 5:45-48). Tout au long de Son ministère terrestre, le Père nous a enseignés à l’aimer et à nous aimer les uns les autres. Il était toujours ému de compassion. Et Il l’est encore aujourd’hui (Mathieu 9:36; Jean 11:35).

Il nous a prédestinés dans Son amour à être des enfants d’adoption, par Jésus-Christ (Éphésiens 1:5).

L’amour de Dieu est indispensable pour tout ministère (1 Corinthiens 13:1-3). La foi est agissante par l’amour (Galates 5:8). L’amour est l’accomplissement et la fin de la loi (Romains13:9; 10:4). En effet, le Père met l’accent sur ce commandement : Aimez-vous les uns, les autres ; comme je vous ai aimé, vous aussi, aimez-vous les uns les autres. A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres (Jean 13:34; 1 Jean 3:10-19).

DIEU LE SAINT-ESPRIT, DIEU DE COMMUNION

Jean4:23,24; Actes 10:38; Luc 4:18; Galates 1:12; Mathieu 16:17; 2 Corinthiens 3:17; 5 :19; 1 Corinthiens 12:4-6; Éphésiens 4:6

DIEU EST (un) ESPRIT (Saint), et il faut que ceux qui l’adorent, l’adorent en esprit et en vérité. Voilà les adorateurs que le Père veut (Jean 4:23,24). Comme le Père a oint du Saint-Esprit et de force le Seigneur (Actes 10:38; Luc 4:18), ainsi Il nous a scellé du Saint-Esprit qu’Il avait promis.

Par le Saint-Esprit, Dieu communie avec Ses enfants. Et par le Saint-Esprit, les enfants de Dieu communient entre eux, constituant le corps de Christ – l’église (Mathieu 18:20; 1 Pierre 2:5). C’est par révélation que le Saint-Esprit instruit les serviteurs de Dieu (Galates 1:12; Mathieu 16:17).

La présence du Saint-Esprit dans l’œuvre du Père est absolument indispensable. Seul le Saint-Esprit peut rendre les enfants de Dieu spirituels. Tandis que la foi en Christ fait de nous des croyants (charnels), l’obéissance au Saint-Esprit fait de nous des croyants spirituels. De même qu’une relation avec Christ engendre un chrétien, une relation appropriée avec le Saint-Esprit engendre un homme spirituel.

Dieu était en Christ réconciliant le monde avec Lui-même (2 Corinthiens 5:19). Or, le Seigneur, c’est l’Esprit-Saint (2 Corinthiens 3:17).

Il y a diversité de dons, mais le même Esprit ; diversité de ministère, mais le même Seigneur ; diversité d’opération, mais le même Dieu qui opère tout en tous (1 Corinthiens 12:4-6). Il y a un seul Dieu et Père de tous, qui est au dessus de tous, et parmi tous et en tous (Éphésiens 4:6).

Que la grâce du Seigneur Jésus-Christ, l’amour de Dieu, et la communion du Saint-Esprit soient avec vous tous  (2 Corinthiens 13:14). Amen !

Pasteur Bilé Bruno


12

EVANGILE |
Eglise Glorieuse des Enfant... |
le chemin de la vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | insasamake
| shalomenyeshua
| islamdjib