Celui qui vient à moi n'aura jamais faim, et celui qui croit en moi n'aura jamais soif.

LE PARDON (2) Mt 18:15-20
18 janvier, 2012, 21:09
Classé dans : Pardon

Le pardon est une question trop importante aux yeux de Dieu. C’est la démonstration de Son amour. Le pardon est aussi une clé qui nous permet d’ouvrir ou de libérer les bénédictions divines. Le pardon de Dieu nous octroie, outre la guérison, la délivrance, le recouvrement de la vue et la liberté. En somme, le pardon de Dieu est une grâce et une bénédiction pour quiconque reçoit la lumière.

LA MANIFESTATION DE L’AMOUR : LE PARDON

Jean 3:16; Matthieu 5:23-26; 18:19,20; 21-35; 6:12,14,15; Éphésiens 4:32; Jacques 2:13; 1 Jean 1:7; 1 Jean 3:1; 4:20; 1 Pierre 3:8,9 

La grâce de Dieu est basée sur Son amour envers nous. C’est justement cet amour qui nous a permis d’être réconciliés avec Lui-même (Jean 3:16; 1 Jean 3:1). Aussi, lorsqu’Il nous commande de nous aimer les uns les autres, cela a une signification profonde. Un seul est mort pour nous, afin que nos péchés nous soient pardonnés.

Christ est le chef de l’église. Si donc, nous sommes devenus enfants du Père céleste, constituant le corps de Christ qui est un et indivisible, il faut démontrer Sa nature divine en nous aimant les uns les autres. C’est un commandement essentiel. L’amour divin est la marque des enfants de Dieu. C’est pour cette raison que la Grâce du Seigneur Jésus-Christ, l’Amour de Dieu et la Communion du Saint-Esprit doivent être en nous tous, et en abondance (2 Corinthiens 13:13).

Parce que l’amour de Dieu est la source de toutes bénédictions spirituelles, nous avons le DEVOIR de nous aimer ; parce que la grâce du Seigneur Jésus-Christ a mis cette richesse spirituelle à notre portée, nous avons le DEVOIR d’être miséricordieux envers les autres (Matthieu 5:23-26; 18:19,20; 21-35; 6:12,14,15; Éphésiens 4:32; Jacques 2:13).

Comment nous y parvenons ? Nous y parvenons par la communion du Saint-Esprit, car l’amour vient de Dieu, et celui qui aime Dieu aime aussi son frère  (1 Jean 1:7; 1 Jean 4:20).

En effet, l’apôtre Pierre nous exhorte en ces termes : « Soyez tous animés des mêmes pensées et des mêmes sentiments, pleins d’amour fraternel, de compassions, d’humilité. Ne rendez point mal pour mal, injures pour injures ; bénissez, au contraire, car c’est à cela que vous avez été appelés, afin d’hériter la bénédiction. » (1 Pierre 3:8,9).

L’INTEGRITE DU CORPS DE CHRIST : LE PARDON

Matthieu 18:15-20 ; Ephésiens 4:3 ; Mathieu 12:24; Luc 11:17; Jean 10:10; Romains 14:13-22

« Je vous dis encore que, si deux d’entre vous s’accordent sur la terre pour demander une chose quelconque, elle leur sera accordée par Mon Père qui est dans les cieux. Car là où deux ou trois sont assemblés en Mon nom, Je suis au milieu d’eux. » (Matthieu 18:19,20).

En tant qu’église, nous avons un ministère bien précis : celui de propager l’évangile de Christ. Pour faire la volonté de Celui qui nous a appelés, et accomplir Son œuvre, Christ a besoin de se servir de Son corps qui est l’église, parce qu’individuellement nous ne pouvons le faire. L’amour fraternel doit prévaloir. Mais si, parmi les frères, il y a quelque scandale – prenons garde à nous-mêmes – comment pouvons-nous gagner le monde ? C’est pour raison que les enfants de Dieu doivent s’efforcer de conserver l’unité de l’Esprit par le lien  de la paix (Matthieu 18:15-18; Ephésiens 4:3).

Dieu exprime Sa vie et Sa puissance  dans le corps de Christ. L’église est l’instrument que Dieu utilise. Il faut qu’elle soit soudée et non divisée. Or, c’est justement ce que Satan cherche à faire : DIVISER. C’est sa tâche principale. Certes, il essaie tous les jours, mais les portes de l’enfer ne prévaudront point contre elle si, et seulement si l’église est unie.

Tandis que l’œuvre de Dieu consiste à faire de nous un seul corps, Satan se sert de notre chair corrompue, des soucis du monde et de la séduction des richesses pour nous entredéchirer, et par voie de conséquence, désintégrer le corps de Christ (Mathieu 12:24; Luc 11:17; Jean 10:10; Romains 14:13-22).

L’UNITE DE L’EGLISE : LE PARDON

Luc 17:1,2; Matthieu 18:14; 1 Corinthiens 4:6,7; Galates 5:9; Ephésiens 4:4:4-6; 31,32; Psaumes 66:18

L’avertissement du Seigneur à ce propos est clair et sans équivoque : « Il est impossible qu’il n’arrive pas de scandales ; mais malheur à celui par qui ils arrivent ! Il vaudrait mieux pour lui qu’on mette à son cou une pierre de moulin et qu’on le jette dans la mer, que s’il scandalisait un de ces petits. » (Luc 17:1,2; Matthieu 18:14).

Le royaume de Dieu, c’est avant tout la justice, la joie et la paix, par le Saint-Esprit. Puisse Dieu régner dans le cœur de chacun de nous,  afin que l’unité de l’Esprit de paix nous consolide, « car il y a un seul corps et un seul Esprit, comme nous avons été appelés à une seule espérance par notre vocation ; il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous, qui est au dessus de tous, et parmi tous, et en tous. » Pour que Dieu devienne l’unité, « faisons disparaître du milieu de nous toute amertume, toute animosité, toute colère, toute clameur, toute calomnie, et toute espèce de méchanceté. Soyons bons les uns envers les autres, compatissants, nous pardonnant réciproquement, comme Dieu nous a pardonnés en Christ. » (Ephésiens 4:4:4-6; 31,32)

L’unité, c’est quand Dieu a toute la place qui Lui revient en nous. L’unité, c’est quand Dieu seul est en tous, quand Il nous remplit tous. Quand nous sommes remplis de l’Esprit, alors nous sommes en harmonie les uns avec les autres. Ainsi, comme on peut le comprendre, ce ne sera pas seulement par les scandales que Satan peut nous diviser, mais aussi par l’impureté. Il suffit d’un peu de levain pour faire lever toute la pate (Psaumes 66:18; 1 Corinthiens 4:6,7; Galates 5:9).

L’église, c’est la manifestation de la vie de Christ. Laissons Christ manifester Sa vie en nous. Si elle est manifeste en nous, il est évident que nous serons unis. Que le Saint-Esprit purifie donc nos cœurs.

LA CLE DU SUCCES SPIRITUEL : LE PARDON

Éphésiens 1:3; Jean 14:12; 17:22,23; 15:4,5; 2 Thes 3:5; 1 Timothée 2:8; 1 Jean 2:15-17; 1 Pierre 4:8; 

« Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui nous a bénis de toutes sortes de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes en Christ ! » (Éphésiens 1:3)

Toutes nos bénédictions spirituelles se trouvent en Christ. Christ est notre héritage et notre gloire. Si nous demeurons en Lui, nous porterons beaucoup de fruit. Sans Lui ne pouvons rien faire, a t-Il déclaré (Jean 15:4,5). « Je vous le dis, en vérité, en vérité, celui qui croit en moi fera aussi les œuvres que Je fais, et il en fera de plus grandes, parce que Je m’en vais au Père ; et tout ce que VOUS DEMANDEREZ en mon nom, Je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. Si vous demandez quelque chose en mon nom, Je le ferai. » La question  maintenant est de savoir : comment pouvons-nous demander au nom de Christ, si nous sommes divisés par différents scandales insignifiants. La vérité est que Dieu ne peut être glorifié que lorsque nous sommes un (Jean 14:12; 17:22,23).

Que le lien de la paix soit toujours conservé ! Celui qui aime son frère aime Dieu ; Celui qui rejette son frère, rejette Dieu Lui-même ; un tel frère est un meurtrier ; et si c’est un meurtrier, il n’a point la vie éternelle en lui. C’est une brebis galeuse qu’il faut s’en séparer. Le Seigneur a dit : « Tout royaume divisé contre lui-même est dévasté, et toute ville ou maison divisée contre elle-même est dévastée et ne peut subsister. Celui qui n’est pas avec moi est contre moi, et celui qui n’assemble avec moi, disperse. »  C’est pour cette raison qu’il convient de délier quelqu’un qui refuse d’entendre raison, puisque il est  indigne d’être appelé frère ; car il est préférable  d’être à deux ou trois et s’accorder sur cette terre, afin de recevoir du Père, que d’être nombreux et divisé, et ne rien recevoir. « Avant tout, ayons les uns pour les autres une ardente charité, car la charité couvre une multitude de péché. Que le Seigneur dirige nos cœurs vers l’amour de Dieu et vers la patience de Christ ! »   (Matthieu 12:25,30; 2 Thessaloniciens 3:5 1 Timothée 2:8; 1 Pierre 4:8; Proverbes 10:12; 1 Jean 2:15-17; 3:14,15) Amen !

Pasteur Bilé Bruno



LE PARDON (1)
13 janvier, 2012, 18:37
Classé dans : Pardon

Il y a un pouvoir  qui a été donné aux hommes par Dieu, et qui constitue le premier de tous les dons, c’est le pouvoir de pardonner. Pardonner, c’est le fait de ne pas tenir rigueur d’une faute. C’est la rémission d’une offense. Ce n’est point l’absolution du péché par un prête après la confession. Pardonner est un acte de miséricorde divine. « Quand la foule vit cela, elle fut saisie de crainte, et elle glorifia Dieu, qui a donné aux hommes un tel pouvoir. » il est capital de pardonner à ceux qui nous ont offensés, afin que nous soyons pardonnés également (Matthieu 6:12; 18:21-35; Luc 11:4).

LE PARDON DE L’HOMME ENVERS SON PROCHAIN

Nombres 12; Matthieu 5:21,22,27,31,32; Luc 17:1,3,4; Jean 1:29; Romains 12:17,18,21

Chaque fois que nous offensons quelqu’un en parole, en pensée ou en actes, nous lui devons quelques choses. L’offense constitue une dette, que nous devons payer. Nous sommes, par conséquent, débiteurs vis-à-vis de cet individu. C’est un péché. Non seulement nous péchons contre nous-mêmes, mais nous péchons contre les autres et, surtout, contre Dieu (Nombres 12; Matthieu 5:21,22,27,31,32).

Demander le pardon ou s’excuser auprès de quelqu’un est, avant tout, une question d’éducation, tellement la question est importante. Il n’est pas besoin d’être croyant ou non, pour savoir qu’il faut pardonner. C’est quelque chose qui est au pouvoir de tout homme. Comme dit ce dicton : « l’erreur est humaine ! » Parce que l’homme est foncièrement mauvais, la manifestation de notre vie est pécheresse.

En effet, Christ s’adressant à Ses disciple a dit : « Il est impossible qu’il n’arrive pas de scandales. Prenez garde à vous-mêmes. Si ton frère a péché, reprends-le ; et s’il se repent, pardonne-lui. Et s’il a péché contre toi sept fois dans un jour, et que sept fois il revienne à toi, disant : Je me repens, tu lui pardonneras. » Du point de vue humain, le repentir ne peut jamais pardonner un péché que nous avons commis. Peu importe combien nous nous repentons ;  nos péchés sont toujours présents. Nous pouvons les regretter autant que nous voudrions, mais notre repentir ne suffira pas à les enlever. Humainement parlant, nous avons fait ce qui est à notre pouvoir (Luc 17:1,3,4; Romains 12:17,18,21). Mais seul l’agneau de Dieu est capable d’ôter le péché (Jean 1:29)

LE PARDON DE DIEU ENVERS L’HOMME

2 Corinthiens 5:2; 5:19; Romains 3:23-26; 6:23

L’offense constitue une dette, que nous devons payer. En d’autre terme, pardonner c’est subir une perte. Celui qui pèche doit payer. En ce qui concerne la parole de Dieu, le salaire du péché, c’est la mort. C’est la justice de Dieu. Or, afin que nous soyons pardonnés, Dieu a offert Son Fils Unique (l’agneau qui ôte le péché du monde), pour mourir à notre place. Lui qui n’a point connu le péché, Il l’a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en Lui justice de Dieu. C’est Jésus que Dieu a destiné comme moyen d’expiation pour ceux qui auraient la foi en Son sang, afin de montrer sa justice. Parce qu’Il avait laissé impunis les péchés commis auparavant au temps de Sa patience, Il a voulu montrer sa justice dans le temps présent, de manière à être reconnu juste, tout en justifiant celui qui a la foi en Jésus-Christ. (Romains 6:23; 3:23-26; 2 Corinthiens 5:2).

Ainsi, par la mort de Christ, pour la rémission de nos péchés, Dieu a voulu réconcilier le monde avec Lui-même, en n’imputant point aux hommes leurs offenses (2 Corinthiens 5:19).

LE PARDON : CONDITION POUR UN MINISTERE PARFAIT

Jean 13:34; 1 Jean 3:10-19; Matthieu 5:23-25; 18:10; 2 Samuel 6:16-23; Psaumes 123:7; Galates 6:1-5; Jacques 1:20; Colossiens 3:12,13

Aussi longtemps que cela concerne Dieu le Père, la relation des enfants de Dieu, par rapport aux gens  de la maison, et à ceux du dehors, est fondamentalement basée sur l’amour de Dieu. Si pardonner son prochain semble difficile aux yeux du païen, il n’en est pas ainsi du croyant, qui est censé savoir que Dieu est amour, et que la grâce de Dieu est basée sur Son amour envers nous. C’est justement ce qui conditionne notre salut ; Son amour envers nous, pécheurs, fait qu’il veut nous sauver. Et Il accomplit Sa justice au travers de la mort de Son Fils. Dieu est juste.

Etant donné que nous sommes en Christ, et que Christ est en nous, nous devons vivre dans l’amour de Dieu. Christ a recommandé à Ses frères, que nous sommes, de nous aimer les uns les autres, et pour cause : «  Aimez-vous les uns, les autres ; comme je vous ai aimé, vous aussi, aimez-vous les uns les autres. A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres. » (Jean 13:34; 1 Jean 3:10-19). Aussi le ministère de tout enfant de Dieu se doit-il d’être marqué par l’amour divin (Matthieu 5:23-25).

Certes, les scandales et les conflits ne manqueront pas, mais le Seigneur nous fait une recommandation sévère : « Gardez-vous de mépriser un seul de ces petits ; car je vous le dis que leurs anges dans les cieux voient continuellement la face de Mon Père qui est dans les cieux. Frères, si un homme venait à être surpris en quelque fautes, vous qui est spirituels, redressez-le avec un esprit de douceur. Prends garde à toi-même, de peur que tu ne sois aussi tenté. » (Matthieu 18:10; 2 Samuel 6:16-23; Psaumes 123:7; Galates 6:1-5).

Il faut à tout prix pardonner ; car le manque de pardon constitue une véritable barrière aux bénédictions de Dieu. Comment Jésus peut-Il être au milieu de deux ou trois qui ne s’accordent pas ?  Comment peuvent-ils recevoir de Dieu, s’ils manquent de miséricorde envers les autres ?

Si Christ est notre justice, laissons-Le se manifester au travers de nous ; « car la colère de l’homme n’accomplit la justice de Dieu. » (Matthieu 18:15-20; Jacques 1:20).

« Ainsi donc, comme des élus de Dieu, saints et bien-aimés, revêtons-nous d’entrailles de miséricorde, de bonté, d’humilité, de douceur et de patience. Supportons-nous les uns les autres, et, si quelqu’un a sujet de se plaindre de l’autre, pardonnons-nous réciproquement. De même que Christ nous a pardonnés, pardonnons-nous aussi. » Amen ! (Colossiens 3:12,13).

« QUE DIEU ME DONNE LE POUVOIR D’ACCEPTER LES CHOSES QUE JE NE PEUX PAS CHANGER, LE COURAGE DE CHANGER CE QUI EST EN MON POUVOIR, ET LA SAGESSE DE SAVOIR FAIRE LA DIFFERENCE. »

 

Pasteur Bilé Bruno

 


EVANGILE |
Eglise Glorieuse des Enfant... |
le chemin de la vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | insasamake
| shalomenyeshua
| islamdjib