Celui qui vient à moi n'aura jamais faim, et celui qui croit en moi n'aura jamais soif.

LA PARABOLE DES DIX VIERGES (Mt 25:1-13)
16 mars, 2012, 15:38
Classé dans : Salut

Symbole d’innocence et de pureté, la virginité a toujours été exigée comme une des principales qualités d’une femme, en dehors de sa beauté, de son charme, de son caractère, et de son intellect. C’est la garantie de sa fraîcheur et de sa liberté (célibat), en tant que chair, n’ayant été l’épouse de personne. Cette assertion de virginité est très importante aux yeux de Dieu, qui est l’auteur de l’institution du mariage.

Le verset 24 de Genèse 2 ne nous dit-il pas : « C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair ». Ce mystère est grand par rapport à Christ et à l’église (Éphésiens 5:32).

CHRIST, NOTRE ÉPOUX

2 Pierre 2:5; Éphésiens 2:21; 5:25-27; Colossiens 2:13,14; Ézéchiel 20:27-38; Jérémie 2:1-3; Esaie 1:18; Jean 14:1-4; 1 Thessaloniciens 5:1-4; Apocalypse 14:4

N’étions-nous pas la consacrée fiancée de l’Éternel? (Jérémie 2:1-3)

Nous qui étions morts par nos offenses et par l’incirconcision de notre chair, Il nous a rendus à la vie avec Lui, en nous faisant grâce de toutes nos offenses (Ézéchiel 20:27-38) ; il a effacé l’acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et Il l’a éliminé en le clouant à la croix (Colossiens 2:13,14). C’est l’une des promesses accomplies de Dieu, qui démontre son amour et sa grande miséricorde. Il a dit : « Venez et plaidons ! Si vos péchés sont comme le cramoisi, ils deviendront blanc comme la neige ; S’ils sont rouges comme la pourpre ils deviendront comme la laine. » (Esaie 1:18).

Les enfants de Dieu sont des pierres vivantes qui, en s’édifiant, forment une maison spirituelle : c’est l’église de Dieu (2 Pierre 2:5; Éphésiens 2:21).

Christ a aimé l’église, et s’est livré Lui-même pour elle, afin de la sanctifier en la  purifiant et en la lavant par l’eau de la parole, pour faire paraître devant Lui cette église glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irréprochable (Éphésiens 5:25-27).

Par la vertu du sang de l’agneau, nous sommes à nouveau des vierges fiancées, prêtes à rencontrer l’époux. Aussi l’apôtre Paul peut-il s’écrier : « Oh ! Si vous pouviez supporter de ma part un peu de folie ! Mais oui, supportez-moi ! Car je suis jaloux de vous d’une jalousie de Dieu, parce que je vous ai fiancés à un seul époux, pour vous présenter à Christ comme une vierge pure » (2 Corinthiens 11:1,2).

Il est important d’attendre avec persévérance l’époux dont le retour est certain, tout en prenant nos lampes (Jean 14:1-4). La bible ne nous précise pas, néanmoins, la date à laquelle l’époux revient (Amos 5:18), mais elle nous enjoint de veiller pour ne pas être surpris (1 Thessaloniciens 5:1-4).

Pour ce faire, il est d’autant plus important, non seulement de disposer de lampes, mais de disposer également de l’huile, afin de les alimenter.

Dans le contexte de cette parabole, Jésus se réfère à ses élus (ceux qui sont sauvés) comme des vierges (Apocalypse 14:4). Jésus-Christ est la lumière, et en cette lumière se trouve la vie. Cette lumière était la véritable lumière, qui, en venant dans ce monde éclaire tout homme (Jean 1:4,9). 

La parole de Dieu est une lampe (Psaumes 119:105) composée de la lumière, Jésus-Christ qui est alimentée d’huile, le Saint-Esprit. (Bilé Bruno)

LES CINQ VIERGES FOLLES

Genèse 3:5,6; Jean 17:3; Colossiens 2:8; 1 Timothée 1:3-7; 2 Pierre 2:1-3; 2 Timothée 3:6-9; 2 Corinthiens 3:6; Romains 8:26,27; Romains 1:16; 2 Timothée 3:5; Jude 3,4

Il est possible d’être rempli de connaissance biblique et être totalement dépourvu de lumière divine. La connaissance découverte par la puissance du Saint-Esprit, c’est la lumière de Dieu ; alors que la lumière de Dieu emmagasinée et mémorisée dans l’esprit de l’homme devient connaissance. Il ne fait aucun doute que la connaissance, tout comme l’expérience, a sa juste place dans la bible, toutefois la connaissance sans la puissance du Saint-Esprit est morte (Genèse 3:5,6). Connaître la parole de Dieu est une chose, mais connaître Dieu et celui qu’Il a envoyé, en est une autre. En effet, Jésus a déclaré et je cite : «  or la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ » (Jean 17:3).

Ainsi, connaître la bible sans connaître l’auteur de la parole qu’elle contient revient à considérer la bible comme une littérature. La parole de Dieu n’est pas une littérature, encore moins un livre d’occultisme.

On ne peut la comparer à aucun ouvrage littéraire, quelle que soit son importance. Si un livre a, peut-être, marqué une génération, il ne sera pas apprécié par la génération suivante. Parce que les mentalités changent, les opinions changent aussi. Ce qui était vérité hier selon les hommes, ne l’est plus aujourd’hui.

Mais la parole de Dieu est immuable ! Ce n’est point les hommes ou les circonstances qui la changent, mais c’est elle qui change les hommes. Et encore aujourd’hui, elle continue de transformer l’humanité.

C’est pour cette raison majeure que l’apôtre Paul nous met en garde contre toutes philosophies des hommes, qui n’ayant pas l’Esprit de Dieu en eux tordent le sens de l’évangile de Christ pour leurs propres ruines (Colossiens 2:8; 1 Timothée 1:3-7; 2 Pierre 2:1-3). Il y en a qui se bornent à retenir intellectuellement la parole de vérité sans connaître Dieu Lui-même. C’est une chose dangereuse (2 Timothée 3:6-9) parce que la lettre tue, mais l’Esprit vivifie (2 Corinthiens 3:6).

Sans l’Esprit de Dieu, qui peut comprendre quelle est Sa volonté ? C’est par la prière et en collaboration du Saint-Esprit que nous connaissons le Père (Romains 8:26,27). Sans l’Esprit de Dieu, que pouvons-nous faire ? Rien ! (Jean 15:5). Sans l’Esprit de Dieu, qu’est-ce que vaut notre évangile ? L’Évangile : C’est la puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit, mais si nous renions ce qui en fait la force, alors quel évangile prêchons nous, et avec quel esprit ? (Romains 1:16; 2 Timothée 3:5; Jude 3,4).

LES CINQ VIERGES SAGES

Actes 1:4; 2:2,3; 4:31; 10:38; 7:60; Jean 16:7-11,13,14; Daniel 12:2; Éphésiens 5:8; 15-18; 1 Corinthiens 6:17; 1 Thessaloniciens 5:6-10; Proverbes 23:23; Mathieu 7:21

Pour garantir le succès de notre vocation céleste, il est important que le Saint-Esprit que notre Père a promis soit répandu dans nos cœurs. Grâces soient rendues à Dieu, notre Père, qui veille sur Ses promesses et qui accomplit toujours ce qu’Il promet (Actes 1:4; Jean 16:7-11,13,14; Actes 2:2,3;4:31).

Avant de commencer Son ministère terrestre, le fils de Dieu a dû se faire baptiser par Jean-Baptiste, afin que s’accomplisse la justice (Jean 1 :32-34). À la demande de Christ, les disciples ont dû se recueillir dans la chambre haute, pour recevoir le Saint-Esprit avant de se lancer dans la grande Commission. Nul ne peut être au service de Dieu sans l’onction du Saint-Esprit (Actes 2:1-4; 10:38; Luc 4:18).

Il est fort probable que l’époux tarde encore à venir. En tant que pèlerins, nous ne vivrons pas éternellement ici-bas. Ainsi nous endormirons-nous un jour. Les vierges ne meurent pas, mais s’endorment, en attendant le retour de l’époux (Daniel 12:2; Actes 7:60). Soyons donc sages et intelligents et travaillons dans l’unité de l’Esprit, pendant qu’il est jour, dans la vigne du père ; Car la nuit vient où personne ne peut œuvrer.

Cela importe d’autant plus que nous savons en quel temps nous sommes : c’est l’heure de nous réveiller enfin du sommeil, car maintenant le salut est plus près de nous que lorsque nous avons cru. La nuit est avancée, le jour approche. Dépouillons-nous donc des œuvres des ténèbres, et revêtons les armes de la lumière. Autrefois nous étions des ténèbres et maintenant nous sommes lumières dans le Seigneur (Éphésiens 5:8).

Prenons donc garde afin de nous conduire avec prudence, non comme des insensés, mais comme des sages ; rachetons le temps car les jours sont mauvais. C’est pourquoi ne soyons pas inconsidérés, mais comprenons quelle est la volonté du Seigneur. Ne nous enivrons pas de vin : c’est de la débauche. Soyons, au contraire, remplis de l’Esprit (Éphésiens 5:15-18). Celui (celle) qui s’attache au Seigneur n’est-il (elle) pas un seul esprit avec Lui (1 Corinthiens 6:17).

Ne dormons donc point comme les autres, mais veillons et soyons sobres. Car ceux qui dorment, dorment la nuit, et ceux qui s’enivrent, s’enivrent la nuit (dans les ténèbres, sans Christ). Mais nous qui sommes du jour, soyons sobres, ayant revêtu la cuirasse de la foi et de l’amour, et ayant pour casque l’espérance du salut. Car Dieu ne nous a pas destinés à la colère, mais à la possession du salut par notre Seigneur Jésus-Christ, qui est mort pour nous, afin que, soit que nous veillions, soit que nous dormions, nous vivions ensemble avec Lui (1 Thessaloniciens 5:6-10).

Acquiers la vérité, et ne la vends pas ! (Proverbes 23:23)

« Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! N’entreront tous pas dans le royaume des cieux, mais seulement celui qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux (Mathieu 7:21). »

Acquiers la vérité, et ne la vends pas ! Amen

Pasteur Bilé Bruno



LES COHÉRITIERS DE JESUS-CHRIST
9 mars, 2012, 18:14
Classé dans : Salut

Grâces soient rendues à Dieu notre Père qui a manifesté son amour éternel (Jérémie 31:3), en envoyant son serviteur (Jésus-Christ, le fils unique), pour nous bénir,  en détournant chacun de nous de ses iniquités (Jean 3:16 ; Actes 3:26). La parole de Dieu, qui est une puissance, a fait de nous qui l’avons reçue des enfants de Dieu, selon le bon vouloir de celui qui a dit : « Je serai pour vous un Père et vous serez pour moi des fils et des filles» (2 Corinthiens 6:18)

La famille de Dieu est, en fait, une grande famille qui ne peut être en aucun cas comparé à une famille terrestre. La famille céleste se compose, en fait, de Dieu le Père, Dieu le fils, et Dieu le Saint-Esprit.

Toutefois, il y a des conditions en cette grande famille qui la caractérise des autres. Il y a deux façons de devenir membre d’une famille. Nous sommes membres d’une famille :

  • soit par naissance,
  • soit par adoption. Faire partie de la famille spirituelle de Dieu exige aussi bien la nouvelle naissance que l’adoption spirituelle (Jean 1:12,13; 3:3-8; Romains 8:1,14-17; Éphésiens 1:5,6).

LA NOUVELLE NAISSANCE

Ézéchiel 36:26,27; 11:19,20; Jean 3:3; 6,7; 1:12,13; 1Pierre 1:3,23; Galates 6:15; Mathieu 18:3; Romain 1:9; 7:6; Jean 4:23,24; Jérémie 29:11

« En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu. » Cette affirmation est la parole de notre Seigneur, le Messie, celui-là qui a offert sa Vie pour la rémission de nos péchés.

La notion de régénération ou la nouvelle naissance concerne le processus qui fait passer de la mort à la vie. Avant la  régénération, l’esprit de l’homme est éloigné de Dieu, et est regardé comme mort – conséquence du péché – donc dissocié de la vie de Dieu qui est la source de la vie éternelle (Jean 17:3). Cette mort spirituelle rend l’homme incapable de communier avec Dieu. L’esprit humain a besoin d’être vivifié parce qu’il est mort-né. La nouvelle naissance, dont a parlé le Seigneur Jésus à Nicodème, est la nouvelle naissance de l’esprit (Ézéchiel 36:26,27). Ce n’est pas une naissance physique, ce dont se doutait Nicodème, et ce n’est pas non plus une naissance psychique (de l’âme). Il faut noter que c’est à l’esprit de l’homme  que la nouvelle naissance confère la vie de Dieu. La nouvelle naissance est quelque chose qui se passe entièrement à l’intérieure de l’esprit de l’homme ; elle est sans relation aucune avec l’âme ou le corps (Jean 1:13).

Dieu est Esprit ; tous ceux qui l’adorent doivent donc l’adorer en esprit (Romain 1:9; 7:6; Jean 4:23,24).

Recevoir la vie  de Dieu à la naissance, c’est le point de départ d’une marche chrétienne, c’est le minimum qui fait de l’homme un croyant. Ceux qui n’ont pas cru à la mort  du Seigneur Jésus, pour recevoir la vie surnaturelle (qu’il est impossible de posséder par nature) sont considérés par Dieu comme morts, si religieux, moraux, cultivés ou zélés qu’ils puissent être.

Pour ceux qui sont nés de Dieu, la croissance spirituelle est pleine de promesses (Jérémie 29:11). Bien que la vie soit parfaite, elle doit encore se développer ; elle est comme un fruit qui vient de se former. Il faut la nourrir pour qu’elle croisse.

LA CROISSANCE EN CHRIST

1 Pierre 2:2 ; Galates 1:6,7; Colossiens 2:4,8 ; Hébreux 5:10,13,14 ; Colossiens 1:27,28; 1 Corinthiens 3:1-3

La croissance est une indication de la bonne santé. Le nouveau croyant est un bébé spirituel qui doit naturellement grandir (1Pierre 2:2) ; Et pour ce fait, il doit être nourrir convenablement avec du lait pur. Malheureusement tous les bébés ne se nourrissent pas de ce lait pur qu’est la parole de Dieu (Galates 1:6,7; Colossiens 2:4,8) ; Ou bien, s’ils le sont, ne croissent pas, comme leur Père céleste espère d’eux. Il y en a qui demeurent, après de longues années, de grands bébés, continuant de se nourrir au biberon. C’est une chose anormale quand on sait qu’à l’age adulte, ils devraient manger de la nourriture solide (Hébreux 5:10,13). Ces enfants de Dieu qui sont encore au lait n’ont pas l’expérience de la parole de justice de leur Père.

Avoir l’expérience signifie mettre en application la parole de vie, vivre par elle, pouvoir l’enseigner, et la prêcher.

Notre Père veut que nous croissions, afin de devenir des fils de Dieu (Romains 8:20); Ne demeurons donc pas des enfants !

La croissance n’est pas automatique : il faut une alimentation équilibrée pour aboutir à la maturité spirituelle, pour être des hommes faits et parfaits en Christ (Hébreux 5:14; Colossiens 1:27,28; 1 Corinthiens 3:1-3).

LES COHERITIERS DE CHRIST

Jean 3:6; Ézéchiel 36:26; Romains 8:29; Hébreux 2:11-13

En venant nous délivrer, Dieu doit commencer par restaurer à l’intérieur la position de l’esprit, pour que nous puissions être de nouveau en communion avec Lui. Cet évènement se produit au moment où nous croyons en Jésus-Christ. Dieu met Sa vie dans notre esprit, nous ressuscitant ainsi de la mort. Le Seigneur Jésus déclare maintenant que « ce qui est né de l’Esprit est esprit. » (Jean 3:6; Ézéchiel 36:26 ).

Ainsi, en recevant le Fils le Dieu, le premier-né de beaucoup de frères - car celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés sont tous issus d’un seul. C’est pourquoi Il n’a pas honte de les appeler frères – (Romains 8:29; Hébreux 2:11-13), nous recevons l’Esprit d’adoption, par lequel nous crions : Abba ! Père ! L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu.

CONDITIONS POUR COHERITER

Romains 8:15,18, 35-39; 5 :3-5; Mathieu 10:16,24; 5:4,10-12;  Jacques 5:10,11; Hébreux 11:24-26; Actes 7:54;  Galates 4:1,2; Malachie 1:6; Jean 9:31

Si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers : héritiers de Dieu et cohéritiers de Christ, si toutefois nous souffrons avec Lui, afin d’être glorifiés avec Lui (Romains 8:15).

La persécution et la souffrance sont les signes de notre croissance spirituelle. Jésus a dit (Mathieu 10:16,24) : « Voici, je vous envoie comme des brebis au milieu des loups. Soyez donc prudents comme les serpents, et simples comme les colombes. Le disciple n’est pas plus que le maître, ni le serviteur plus que son seigneur. Il suffit au disciple d’être traité comme son maître et au serviteur comme son seigneur. S’ils ont appelé le maître de la maison Béezébul, à combien plus forte raison appelleront-ils ainsi les gens de sa maison ? »  (Mathieu 5:4,10-12 ; Jacques 5:10,11). J’estime que les souffrances du temps présent ne sauraient être comparées à la gloire à venir qui sera révélée pour nous (Romains 8:18). C’est par la foi que devenu grand, Moïse a refusé d’être appelé fils de la fille de Pharaon ; il a préféré être maltraité avec le peuple de Dieu plutôt que d’avoir pour un temps la jouissance du péché ; il a regardé l’opprobre de Christ comme une richesse plus grande que les trésors de l’Égypte, car il a avait les yeux fixés sur la rémunération. Etienne aussi a fixé les regards vers les cieux et a vu la gloire de Dieu, et Jésus debout à la droite de Dieu avant d’être lapidé (Hébreux 11:24-26; Actes 7:54).

Du reste frères, si nous aimons notre Frère et notre Seigneur Jésus, qui nous séparera de l’amour de  Christ ? Est-ce la tribulation, ou l’angoisse, ou la persécution, ou la faim, ou la nudité, ou le péril, ou l’épée ?  (Romains 8:35-39; 5:3-5).

« Or, aussi longtemps que l’héritier est enfant, je dis qu’il ne diffère en rien d’un esclave, quoiqu’il soit le maître de tout ; mais il est sous des tuteurs et des administrateurs jusqu’au temps marqué par le père. » (Galates 4:1,2). Un enfant est lent à comprendre les choses spirituelles. Il n’a pas un jugement exercé  à discerner ce qui est bien et ce qui est mal. C’est un irresponsable ! Il ne faut pas lui remettre sa part d’héritage de peur qu’il ne le gaspille avant le temps marqué par le père, en vivant dans la débauche (Luc 15:11). Comme la folie est attachée au cœur de l’enfant, aussi la correction et la discipline qui découlent de l’amour du Père ne manqueront-ils pas. Car le Père châtie celui qu’Il aime (Proverbes 22:15).

L’obéissance et l’honneur dus au Père sont exigés de tous LES FILS (Hébreux 12:9; 5:8,9). Notre Père exige que nous Le vénérions et L’honorions (Malachie 1:6; Jean 9:31). Dieu notre Père nous aime tous, mais Il traite différemment chacun de nous selon notre degré d’obéissance. Il désire parler directement avec nous, comme à des hommes spirituels, comme à des croyants spirituels et non comme à des croyants  charnels (1 Corinthiens 3:1-3).

Recevons l’instruction de notre Seigneur (Mathieu 11:29,30), car nous, qu’Il a connu d’avance, Il nous a aussi prédestinés à être semblable à l’image de son fils (Romains 8:29). Demeurons donc dans Son amour, en gardant sa parole. « Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire. » A dit Jésus (Jean 15:5).

Pasteur Bilé Bruno


EVANGILE |
Eglise Glorieuse des Enfant... |
le chemin de la vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | insasamake
| shalomenyeshua
| islamdjib