Celui qui vient à moi n'aura jamais faim, et celui qui croit en moi n'aura jamais soif.

OBÉISSONS A CHRIST, NOTRE SEIGNEUR
26 avril, 2012, 12:39
Classé dans : Obéissance

Pourquoi m’appelez-vous Seigneur, Seigneur ! Et ne faites-vous pas ce que je vous dis ? (Lu 6:46)

Jésus, qui connait nos motivations, nos pensées et nos intentions, pose une question inhabituelle à ceux qui sont autour de Lui. Pourquoi m’appelez-vous Seigneur, Seigneur ? C’est comme s’il leur demandait s’il se rendait bien compte de ce qu’Il est à leur yeux ; qu’est-ce qu’ils entendaient par le mot seigneur ?

Que suis-je aux dires des hommes, moi le Fils de l’homme ? Les uns répondirent : les uns disent que tu es Jean-Baptiste ;  les autres, Elie ; les autres Jérémie, ou l’un des prophètes. Et vous, leur dit-il, qui dites-vous que je suis ? Simon Pierre répondit : Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant (Mt 16:13-16).

DIVINITE DE JESUS-CHRIST, CREATEUR ET MAITRE DES CIEUX ET DE LA TERRE

Col 1:15-17 ; Ph 2:6-11; Hé 2:5-10 ; Jn 13:13-17

Jésus-Christ est bien le fils du Dieu vivant. Il est donc, par sa nature, Dieu. Le Fils est l’image du Dieu invisible, le premier-né de toute la création. Car en Lui ont été créées toutes les choses qui sont dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles, trônes, dignités, dominations, autorités. Tout a été créé par Lui et pour Lui. Il est avant toutes choses, et toutes choses subsistent en lui. Il est la tête du corps de l’église ; il est le commencement, le premier-né d’entre les morts, afin d’être en tout le premier (Col 1:15-17).

Le titre de seigneur que porte le Christ n’est pas un titre qui Lui a été donné par les hommes. Le Fils de l’homme n’est pas descendu parmi nous comme seigneur, malgré sa divinité, mais il l’a mérité,  comme s’Il devait le mériter, en affrontant une série d’épreuve d’obéissance et soumission (Ph 2:6-11; Hé 2:5-10). Et cela, pour nous donner un exemple d’humilité, d’obéissance et de soumission (Jn 13:13-17).

COMBAT SPIRITUEL POUR  SERVIR EN TOUTE LIBERTE

Mt 10:24-3; Ph 4:11-13; Lu 14:28-32; Ep 6:12; Ja 4:1,2; Ga 5:16-18; Ro 7:14-25; Mt 5:17; Ez 36:27; 1 Pi 4:12-14,16; Jn 15:18-21; Mt 10:21-31

Oui, pour servir notre Seigneur, comme il a lui-même servi celui qui l’a envoyé au milieu de nous, jusqu’à perdre sa propre vie, il faut accepter d’avoir part aux souffrances du Christ (Mt 10:24-3; Ph 4:11-13). Il faut renoncer à soi-même, renoncer à ses propres passions et ambitions, prendre sa croix, supportant les injustices et persécutions du monde, pour le suivre (Lu 14:26,27; Mt 10:37-39; Ph 3:8,9).

Pour ternir fermement dans cette vie chrétienne, il faut, premièrement, se bâtir une solide maison sur le roc, et deuxièmement, la garder constamment par une bataille livrée contre notre ennemi (Lu 14:28-32; Ep 6:12). De bataille sans blessures ni pertes, Il n’y en a point ; et la souffrance qu’infligent blessures et pertes n’est pas sans conséquence. Elle entraine à la mortification de la chair et des passions terrestres, obligeant à demeurer en Christ pour une vie chrétienne victorieuse (Ja 4:1,2;  Ga 5:16-18; Ro 7:14-25).

Ainsi donc, Christ ayant souffert dans la chair, vous aussi armez-vous de la même pensée. Car celui qui a souffert dans la chair en a fini avec le péché, afin de vivre, non plus selon les convoitises des hommes, mais selon la volonté de Dieu, pendant le temps qu’il lui reste à vivre dans la chair. Marchez selon l’Esprit, et vous n’accomplirez pas les désirs de la chair.  Car seule  la loi de l’Esprit de vie en Jésus-Christ nous permet d’obéir tout simplement à la justice de Dieu (Mt 5:17; Ez 36:27).

Mes bien-aimés, ne trouvez pas étrange d’être dans la fournaise de l’épreuve, comme s’il vous arrivait quelque d’extraordinaire. Réjouissez-vous, au contraire, de la part que vous avez aux souffrances de Christ, afin que vous soyez aussi dans la joie et dans la l’allégresse lorsque sa gloire apparaitra. Si vous êtes outragés pour le nom de Christ, vous êtes heureux, parce que l’Esprit de gloire repose sur vous. Si quelqu’un souffre comme chrétien, qu’il n’en ait pas honte, et que plutôt il glorifie Dieu à cause de ce nom (1 Pi 4:12-14,16; Jn 15:18-21; Mt 10:21-31).

OBEISSANCE TOTALE A CHRIST, NOTRE CAPITAINE

2 Co 8:12; Ja 4:7,6; Ph 2:12-16; Mt 5:17

Tant qu’il y a la vie, il y a de l’espoir. Il y a de l’espoir pour vivre selon la volonté de Dieu. Si nous avons la bonne volonté de nous soumettre à Dieu et de lui obéir, afin de Le servir, il nous accordera toute la grâce nécessaire pour y parvenir (2 Co 8:12). Tout est une question de choix. Choisissons de nous mettre du côté de la justice, afin de résister à l’ennemi, qui fuira loin de nous (Ja 4:7,6).

L’apôtre Paul exhortait les Philippiens en ces termes : ainsi, mes bien-aimées, comme vous avez toujours obéi, mettez en œuvres votre salut avec crainte et tremblement, non seulement à ma présence, mais bien plus encore maintenant que je suis absent ; car c’est Dieu qui produit en vous le VOULOIR et le FAIRE, selon son bon plaisir. Faites toutes choses sans murmures ni hésitations, afin d’être irréprochables au milieu d’une génération perverse et corrompue, parmi laquelle vous brillez comme des flambeaux dans le monde, portant la parole de vie (Ph 2:12-16).

Soyons sincères dans notre volonté de faire ce qu’il nous commandera, et tout ira bien ; car c’est son Esprit qui agit en nous, si du moins nous marchons par son Esprit (Mt 5:17). Amen!

Pasteur Bruno Bilé



COMMENT ETRE AFFRANCHI
17 avril, 2012, 9:43
Classé dans : Obéissance

Dieu a envoyé Jésus-Christ dans ce monde, afin que nous ne soyons plus sous la servitude, mais que nous soyons libres. Cependant, ce n’est pas pour une liberté de faire ce que nous voulons, de vivre comme nous l’entendons (libertinage), mais de faire la volonté de celui qui nous appelés pour Le servir (1 Jn 3:5; Ga 5:1,13).

C’est une bonne chose de savoir que Dieu existe, mais croire effectivement qu’Il existe, exige de la foi. Il faut de la foi, pour croire que le système solaire dans lequel nous vivons a été formé par Dieu. Il faut de la foi, pour croire que celui qui nous a fait la promesse de nous affranchir de la vanité de ce monde est capable de le faire (Hé 11:6). Néanmoins une condition s’impose : il faut exprimer le besoin du secours de l’Eternel ; l’homme a besoin de Dieu. Sans le créateur des cieux et de la terre, l’homme est un être perdu, voué à l’échec (Ro 7:24,25).

CHRIST, LA SOLUTION

Jn 8:31; 2 Ti 4:3,4; Tit 1:14; 2 Pi 1:16; Jn 6:66-69; Hé 3:12-14; Mt 24:13; Ro 2:7; 11:22; Col 1:23; 1 Jn 2:24; Ps 18:2; 144:2; Ep 2:19; Es 33:16

Christ est la solution au problème de l’homme. Cependant, combien ont cru en Lui ? Il est venu chez les siens, et les siens ne l’ont pas reçu. Sa parole n’est pas toujours la bienvenue. Il y en qui choisissent ce qui leur convient, ce qu’ils aimeraient entendre (2 Ti 4:3,4; Tit 1:14; 2 Pi 1:16). Mais pour ceux qui ont cru en Lui, la parole dit : « Si vous continuez, demeurez, persévérez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples » (Jn 8:31). Parce que beaucoup se retirent et ne demeurent pas dans le Seigneur (Jn 6:66-69), il faut exposer ces vérités aux frères, afin qu’ils persévèrent dans la foi (1 Ti 4:1-6; 1 S 12:14; Jn 15:4-9). Seuls les disciples demeurent, persévèrent et vont jusqu’à la fin, quelques soient les circonstances (Hé 3:12-14; Mt 24:13; Ro 2:7; 11:22; Col 1:23; 1 Jn 2:24).

Les disciples demeurent en Christ ; Il  (Christ) est la demeure, la haute retraite, un refuge fiable (Ps 18:2; 144:2; Ep 2:19). Ceux-là habiteront dans des lieux élevés, et ils ne manqueront de rien (Es 33:16).

LIBRES OU ESCLAVES

Jn 8:35; Ge 21:10; Ga 4:30,31; Ro 7:14-23; 1 Jn 3:8; 2 Ti 2:22,23; Hé 11:25-27;  3:5,6; Col 3:5-10

Nous ne sommes point les enfants de l’esclave pour demeurer en dehors de la maison du Père céleste, si du moins nous sommes vraiment libres. « Or l’esclave ne demeure pas toujours dans la maison ; le fils y demeure toujours.«  (Jn 8:35; Ge 21:10; Ga 4:30,31).

L’esclave, c’est celui qui vient le dimanche pour servir le Seigneur d’une façon médiocre. De sa bouche, il l’honore, tandis que son cœur est éloigné de Lui. Et après son service du dimanche, il se retrouve hors de la maison pour servir la chair, le « MOI ». Tantôt, c’est un chrétien charnel, tantôt, c’est un chrétien spirituel. Quand les choses vont bien, il crie haut et fort « gloire à Dieu ». Mais quand ça va mal. Il se lamente (2 Ti 3:1-9).

Le fils est celui-là qui a renoncé à soi-même, qui a pris sa croix, pour suivre son maitre. Il ne se contente pas d’être seulement un chrétien, mais un disciple.

Quelques soient les circonstances, il porte toujours son regard vers Jésus-Christ, son Seigneur et sauveur. C’est un serviteur consacré (Lu 14:26,27).

Sommes-nous vraiment libres, réellement libres du péché ? Y-a-t-il quelques choses qui soient plus fortes que nos bonnes résolutions ? (Ro 7:14-23; 1 Jn 3:8). Fuyons les passions de la jeunesse, et recherchons la justice, la foi, la charité, la paix avec ceux qui invoquent le Seigneur d’un cœur pur ; car il faut quitter le monde (2 Ti 2:22,23; Hé 11:25-27; Col 3:5-10), afin de demeurer dans la maison de l’Eternel, et y être fidèle à jamais (Hé 3:5,6). Celui qui demeure en Lui ne pèche point, ne pratique point le péché (1 Jn 3:6; Jn 15:4-8).

REELLEMENT LIBRES

Jn 8:32; 14:5-9; 21; 15:9,10; 1 Jn 5:2,3; Pr 2:1-7; Es 30:31; 35:8; Jé 6:16; 31:33,34; Mt 11:29; 1 Jn 3:5,6; Col 2:15; Ga 5:1

« Si vous demeurez, persévérez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ; vous connaitrez la vérité, et la vérité vous affranchira » (Jn 8:32). Celui qui a mes commandements et qui les garde, c’est celui qui m’aime ; et celui qui m’aime sera aimé de mon Père, Je l’aimerai, et JE ME FERAI CONNAITRE A LUI. Nul ne peut connaitre Dieu et le Fils, s’Ils ne se révèlent pas (Jn 14:5-9; 21). Dieu et Son fils se révèlent à nous, quand nous les aimons. Et notre amour consiste dans le fait de garder jalousement ses commandements (Jn 15:9,10; 1 Jn 5:2,3). Celui qui demeure dans la maison du Père, connaitra le Père, car c’est Lui qui fait les œuvres (Jn 14:10; Pr 2:1-7; Es 30:31; 35:8; Jé 6:16; 31:33,34; Mt 11:29). Si nous sommes disciples de Christ, demeurons en Lui, et nous connaitrons la vérité (Christ, et non pas la somme de nos connaissances intellectuelles), et la Vérité nous affranchira du péché (1 Jn 3:5,6; Col 2:15; Ga 5:1). C’est l’essentiel de la vie chrétienne (Jn 17:3; 1 Jn 5:20). Amen !

Pasteur Bilé Bruno


12345...13

EVANGILE |
Eglise Glorieuse des Enfant... |
le chemin de la vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | insasamake
| shalomenyeshua
| islamdjib